24 mai 2008

Le Maître d'école

Vous vous souvenez peut-être de ce film où Coluche - simple vendeur - se retrouve du jour au lendemain professeur suppléant dans collège. Et le voilà face à 30 élèves chahuteurs, sans aucune idée de discipline ou d'ordre...

C'est mon histoire! Enfin, j'attends toujours les propositions indécentes des Balasko du bahut, mais dans l'ensemble, les faits sont identiques: je n'ai jamais enseigné, ni même appris à enseigner, et voilà que l'on me met au pied du mur.

Après un speech moralisateur du directeur, très noble, très beau, mais pas pratique pour un sou, je fais face aux 30 petits gremlins ("parfois Gizmo, souvent les autres..." dixit la prof que je remplace).

J'ai 23 ans, mais une carrure d'adolescent. Je porte donc un costard pour me vieillir un peu. Je vouvoie mes élèves. Pour eux qui ont 12 ans et l'habitude d'être materné, c'est un choc. "Mademoiselle, au fond, vous vous taisez!"

Bon, après deux jours, ils m'ont demandé de les tutoyer et d'apprendre leurs prénoms. Mais j'ai 5 classes à gérer, ça fait beaucoup de gremlins à connaître. Je fais un effort. Certains sont plus faciles à retenir que d'autre: il faut les apostropher toutes les cinq minutes.

Je n'ai quitté le collège qu'en 2003. Ce n'est pas si vieux. J'ai encore des souvenirs très vifs de ce qui me plaisait ou non chez un professeur. J'essaie donc de composer une sorte de mélange de tous mes professeurs préférés. Je travaille vite. Je répète souvent les informations importantes. Je pose des questions sur ce que je viens de dire. J'ai confiance en l'intelligence de mes élèves. Je ne les ridiculise pas quand ils donnent une mauvaise réponse. Je les encourage systématiquement. Je félicite. J'essaie d'avoir de l'humour et de garder une ambiance agréable en classe. Je laisse exprimer leur créativité.

Il faut dire que la matière que l'on m'a demandé d'enseigner est plutôt propice à l'expression de la créativité. La poésie. Quelle chance! Nous avons donc vu ce qu'était un alexandrin, nous avons compté le nombre de syllabes dans chaque vers, nous avons appris ce qu'étaient des rimes riches, pauvres, plates, croisées, embrassées... Nous avons vu quelques figures de style: les comparaisons, les métaphores.

J'ai ma première bonne surprise de prof quand un élève répond: "Le temps est une prison silencieuse" lorsque je lui demande d'inventer une métaphore.

Certaines classes sont plus performantes que d'autres. Avec une, je peux me permettre un cours de "détente", et je leur explique le principe de l'Oulipo. Et pendant une petite heure, ils s'en donnent à cœur joie pour écrire des textes sans "e", des anagrammes, des acrostiches, et autres jeux d'écriture. Je les vois s'amuser. C'est une réussite.

Avec l'autre, nous sommes en retard. Ils ne sont pas vraiment réceptifs au charme de la poésie. Pourtant, j'évite l'écueil de leur lire du Baudelaire, qu'ils ne comprendraient pas (déjà moi, j'ai du mal à m'accrocher, alors eux!?). Ils chahutent. Pour eux, j'ai prévu une "interro surprise". Cris de protestation dans l'assemblée. Je rétabli le calme. Je sépare les bancs. Distribution des copies et silence de mort. "Vous avez 20 minutes".

Il faut dire que les questions sont vraiment très faciles. Je leur demande de retrouver un exemple de rime riche dans "Le corbeau et le renard", qu'ils ont devant les yeux. Ensuite, de définir quelques notions: alexandrins, vers, strophe, etc. Enfin de résumer la fable en quelques lignes.

A l'autopsie, les résultats sont mitigés: un tiers de la classe est en échec, un autre tiers s'en sort avec les honneurs, et les autres ont réussi sans briller. Il y a deux 10/10 et deux 2/10. Les résultats ne sont pas surprenants: certains n'en touchent pas une en classe. J'espère que ce coup de semonce va les réveiller.

Voilà pour la première semaine.

Il y a encore un tas d'anecdotes que j'aimerais vous livrer, mais pour cela, il va falloir attendre le prochain épisode!

D'ici là, écrivez (pourquoi pas des alexandrins)!

2 commentaires:

Les 1k !! a dit…

Nous Nous ne nous sentons pas viséé ..
=P
les contrôles suprises , les 2/10 et les 4/10 qui devienne des 5 =)
super !!

Les 1k (LES FILLES DE TANTOT !! )

Anonyme a dit…

Avec l'autre, nous sommes en retard. Ils ne sont pas vraiment réceptifs au charme de la poésie. Pourtant, j'évite l'écueil de leur lire du Baudelaire, qu'ils ne comprendraient pas (déjà moi, j'ai du mal à m'accrocher, alors eux!?). Ils chahutent. Pour eux, j'ai prévu une "interro surprise". Cris de protestation dans l'assemblée. Je rétabli le calme. Je sépare les bancs. Distribution des copies et silence de mort. "Vous avez 20 minutes".


-> Je Crois que vous parler des 1K La Non ? xD `

Enregistrer un commentaire