09 mai 2008

Vous ne passerez pas!

J'ai fait lire mon synopsis perdant à un autre compagnon d'infortune (merci à lui!) et un truc m'a sauté aux yeux: en réalité, je connaissais déjà tous les défauts de mon synopsis au moment de coller le timbre-poste sur l'enveloppe!

C'est terrifiant: mon niveau d'exigence envers moi-même n'était pas assez élevé, alors que c'est quelque chose que je travaille depuis longtemps (je vous renvoie vers des articles plus anciens de ce blog). Tous les défauts qui ont semblé inadmissibles à mon lecteur, étaient pour moi des "petits défauts" dont je soupçonnais l'existence mais, faute de temps, que je n'ai pas pris la peine de corriger.

La leçon à en retirer est grande: si vous soupçonnez, devinez ou sentez que votre script renferme un petit défaut, même futile, invisible, si vous être sûr que ce défaut passera complètement inaperçu pour les autres lecteurs, alors faites sonnez l'alarme! Alerte rouge: ces petits défauts sauteront au visage de votre lecteur comme une tique assoiffée de sang.

La seule méthode à adopter face à ces petits parasites qui rongent votre script: "Vous ne passerez pas!"

Pas de fainéantise: même si le problème est chiant, qu'il vous oblige à retravailler l'ensemble de la structure du script, vous êtes prié de le prendre à bras de corps, et de lui tordre le cou! VOUS NE PASSEREZ PAS!

Pour votre info, voici les principaux défauts de mon synopsis:

1) Tous les clichés possibles y passent: ce qui est scandaleux quand on sait que j'ai consciencieusement tenté de les éviter. Ceci dit, pondre un synopsis en 3 semaines, c'est rapide. Qui dit écrire vite, dit cliché. Le CEEA veut que même dans la précipitation, on ponde l'idée originale. Ok. C'est bien. C'est pas ma façon d'écrire. J'ai besoin de temps. Vous êtes prévenus, au moins: il faut être vif. C'est du sport.

2) Je caricature mes personnages: là, c'est un peu plus problématique, parce que je ne m'en rendais pas vraiment compte. J'ai tendance à introduire mes personnages par une phrase "marrante", pour que le lecteur ait dans la tête une image claire et forte. Mais ce faisant, je réduis le personnage à un trait grossier. Exemple: j'ai présenté la jolie fille en écrivant "c'est Sonia Rolland en mieux." Je trouvais ça plus fort que "c'est une jolie métisse". Mais du coup, mon lecteur l'a vue comme une paire de nichons sur pattes (je résume) alors que dans mon esprit le personnage était plus fin, intelligente et combative.

3) Mon synopsis était trop court: j'avais bel et bien rempli les 10 pages requises, mais c'est la structure même du scénario qui criait haut et fort: "Attention! Ceci n'a jamais les reins assez solide pour tenir 52 minutes!" Une structure bancale, et c'est tout le script qui en souffre: une fin chétive, un happy-end artificiel, un deuxième acte un peu plat... Ca, je le savais, c'était pour moi le défaut principal de mon synopsis. J'ai mal évalué la place que prendrait mon écriture, et j'ai vite atteint les 10 pages alors qu'il m'en fallait encore 3 ou 4 pour approfondir le script correctement.

4) J'ai un regard ironique sur les personnages: on dirait que je ne prends rien au sérieux, que je me moque continuellement d'eux. Cette façon de faire de permet pas de s'attacher à eux. Le lecteur reste en retrait. Il n'est pas invité à se plonger dans l'histoire. C'est un style qu'on m'a souvent reproché. Je ne crois pas que je peux m'empêcher d'écrire de cette manière. Pour moi le monde entier est sujet à l'ironie et à la moquerie. Forcément, c'est un défaut.

5) Je mélange le comique et le tragique: le lecteur disait "c'est intéressant, mais casse gueule". A l'évidence, ce coup-ci, je me suis cassé la gueule.

Le deuxième conseil que l'on peut retirer de cette malheureuse expérience est: faites lire votre synopsis au moins une semaine avant de l'envoyer, ça vous laissera le temps de corriger les défauts. Logiquement, il faut éviter d'hésiter une semaine au départ. Soyez vifs. C'est ça que le CEEA veut, apparemment: des sprinters de l'écriture.

Et je ne parle que des défauts dont vous soupçonnez l'existence. Les autres lecteurs trouveront bien assez tôt tout un tas d'autre défauts avec lesquels vous n'êtes pas d'accord: là, on touche à la question du goût et des couleurs. Et ça, c'est une autre histoire...

Et maintenant, écrivez!

2 commentaires:

Jc a dit…

Hey!

J'viens de tomber sur ton blog par le blog de Frédérik... Et comme le sien, j'le troue sympa.

J'te rajoute à mes favoris, et suis ta progression mon gars!!

À part ça, merci du conseil. C'est vrai que t'as raison, au fond c'est ces p'tits défauts de merde qui faussent tout...

Mais être scénariste, n'est-ce pas s'arranger que ces défauts n'apparaissent dans aucun scénario? Mystère...

Jc

Nicolas Van Peteghem a dit…

jc > evidemment qu'il faut masquer ces défauts à tout prix. les lecteurs ne voient pas la belle structure, ils ne voient pas les fiches des personnages. Ce qu'ils remarquent en premiers, ce sont les petits détails. Et comme on n'a qu'une seule occasion de faire une bonne première impression, ... je te passe la suite!

J'ai checké ton blog. Marrant les photos de tournage ;)

Enregistrer un commentaire