07 mai 2008

CEEA : la réponse est non

Les résultat du concours du CEEA sont tombés, je ne suis pas pris pour la deuxième épreuve. C'est dommage, je pensais qu'il y avait du mérite dans mon texte malgré ses nombreux défauts. Par respect (pour moi-même), je ne vais donc pas publier mon synopsis foireux.

J'ai été refusé dans 3 écoles de cinéma. Comme disait Mark Twain: ""Write without pay until somebody offers to pay you. If nobody offers within three years, sawing wood is what you were intended for".

Tel étant le cas, et devant me résoudre à faire face à la réalité, j'arrête les dégâts. En septembre, je serai donc prof de français (il n'y a pas de scieries près de chez moi).

Je retenterai ma chance au CEEA l'année prochaine.

En ce qui concerne le blog, je le l'abandonne pas, mais sachez que désormais ce n'est plus un "pré-pro" qui l'écrit, mais un amateur qui ne deviendra probablement jamais scénariste professionnel. Ca remet le tout en perspective.

Depuis le début, j'espère avoir clairement dit que mes articles ne sont pas des "conseils de pros", mais bien des réflexions et observations d'un jeune scénariste qui fait son chemin. Le chemin étant très pentu, il m'arrive de trébucher, pendant que d'autres continuent leur ascension. Ceux-là, j'ai envie de leur dire quelque chose: "Chapeau, les gars! Vous êtes fortiches! Quand vous serez tout en haut du chemin, et que vous écrirez les épisodes des séries TV du futur, je vous en prie, soyez chics: faites quelque chose de bien!"

(en ce qui concerne le blog, attendez-vous à un hiatus de quelques jours)

Et maintenant, écr..... Non, aujourd'hui pas.

4 commentaires:

Frédérik a dit…

C'est pas marrant de lire ça.

:-(

"Just hope til you hold you last breath" (Le genre de citations que je préfère)

Sinon rien ne t'empêche d'être prof de français tout en continuant à démarcher.

Nicolas Van Peteghem a dit…

Fred > c'est évidemment ce que je vais faire. Je ne peux de toute façon pas m'empêcher d'écrire.

Anonyme a dit…

ne te décourage pas . J'ai tenté trois fois ce concours : deux échecs... et enfin l'admission. Donc n'hésite pas à persévérer.(n'est-ce pas après tout l'une des qualités attendues chez un scénariste?)

Nicolas Van Peteghem a dit…

c'est gentil de m'encourager, mais il est trop tard pour moi: je dois travailler pour subsister, je n'ai plus le luxe d'étudier pendant plusieurs années aux frais de la princesse.

Enregistrer un commentaire