30 octobre 2006

Interview: Philippe Blasband

Philippe Blasband est probablement le scénariste belge le plus prolifique: auteur de Thomas Est Amoureux, La Femme De Gilles, Un honnête Commerçant, Une Liaison Pornographique, Le Tango Des Rashevski, et j'en passe, il a gentiment accepté de répondre à mes quelques questions.

Comment vous est venue la passion de l'écriture?
Philippe Blasband: Cela s'est passé de façon compliquée, entre plusieurs écoles de cinéma, plusieurs envies, plusieurs rencontres, etc. Le montage est une excellente formation, tant pour le scénario que pour la réalisation. Cela me semblait une bonne idée de débuter comme monteur. Et, en fait, j'adore le montage. Le montage, c'est à peu près le même travail que le scénario, à ce détail près: l'un est avant le tournage, l'autre après. Mais en Belgique, il y a beaucoup de monteurs, de très bons monteurs, et très peu de scénaristes. Et j'ai toujours écrit. Il y avait donc une place à prendre.

Plus jeune, vous avez toujours voulu devenir cinéaste?
Philippe Blasband : Oui. C'était ou bien le cinéma, ou bien la légion étrangère. Ou gigolo.

Quelle est votre méthode de travail?
Philippe Blasband: Cela dépend beaucoup du contexte, du type de scénario, des contraintes extérieures, de mes envies, etc. Je m'adapte. La méthode est différente si le scénario est une adaptation ou pas, si les producteurs me pressent ou pas. J'ai parfois terminé des scénarios en deux trois semaines (la Femme de Gilles), ou en cinq, six versions (une Liaison Pornographique), mais j'ai aussi traîné des scénarios pendant huit ans (Un honnête commerçant) et fait une cinquantaine de version, en recommençant plusieurs fois depuis le début (J'ai toujours voulu être une Sainte). Deux constantes néanmoins: j'écris toujours plusieurs scénarios à la fois. Et j'ai tendance, depuis un an, par commencer par écrire un traitement.

"Thomas est amoureux" est un film atypique qui s'est beaucoup fait remarquer pour son parti pris. Vous en aviez conscience en l'écrivant?
Philippe Blasband: Ce film n'a pas eu tellement de succès que cela. Mais je dois bien avouer qu'à part "la Couleur des mots", j'ai toujours voulu que les films dont j'écrivais le scénario ait la Palme d'or. Jusqu'à maintenant, j'ai toujours été très légèrement déçu. Plus sérieusement, j'espérais que ce soit un film particulier, un prototype. C'est la seule chance d'exister pour un film belge.

Pour un scénariste professionnel comme vous, comment s'organise une journée de travail?
Philippe Blasband: J'ai deux enfants, un chien, une femme comédienne, des obligations diverses: je serais incapable d'organiser ma journée. J'écris dès que j'ai le temps. Même si j'ai cinq minutes, j'écris ou je corrige. J'en ai développé une certaine tendance maladive à la graphomanie.

2 commentaires:

Michael Leahy a dit…

Salut Vanpet,

Il n'est pas fort dans le côté romantique de l'écriture, le Blasband! Mais c'est vrai que c'est un boulot assez physique. Même si on doit réflchir, on écrit physiquement.

Il n'y a pas grand mystère.

PS: Pourquoi tu crées pas de liens vers ses sites?

Nicolas Van Peteghem a dit…

oui bonne idée.

Enregistrer un commentaire