16 juin 2008

Interview : Jean-Marc Rudnicki

Jean-Marc Rudnicki écrit des séries françaises depuis 10 ans. Julie Lescaut, Diane, femme flic, Une femme d'honneur, Les Cordier, juge et flic, Léa Parker, et encore bien d'autres font partie de son palmarès. Il est le créateur de série Cellule Indentité, diffusée sur M6. Il est également connu chez les scénaristes amateurs pour son livre "Ecrire un court-métrage" paru aux éditions Dixit. En résumé: le pro qu'on aimerait tous devenir! Il a eu la gentillesse de répondre à mes questions.

Comment êtes-vous devenu scénariste?
Jean-Marc Rudnicki: Mon premier pas dans ce métier date de 1998, suite à une rencontre avec la productrice Isabelle Fauvel. Elle m'a placé sur une série d'animation pour France 3. Puis de fil en aiguille, j'ai fait la connaissance de Judith Louis (actuellement conseillère de programme à France 2) - à cette époque directrice littéraire chez Telfrance, et qui s'occupait de la série "Les Cordier, juge et flic". Encore jeune et peu expérimenté, je n'ai pas pu mener ce texte jusqu'à son terme. Mais ce fut une très bonne "mise en bouche" ; j'ai pu aller sur le tournage, rencontrer les acteurs, et prendre conscience des contraintes de production d'un téléfilm. Par la suite, j'ai travaillé sur du sitcom, puis des séries d'access, avant de me focaliser sur le prime-time policier, en partie pour TF1.

Vos débuts ont-ils été faciles?
En ce qui me concerne, rien ne s'est enchaîné facilement. J'avais pourtant cru qu'en ayant fait un "Cordier", tout irait plus vite. Pendant deux ans, je me suis retrouvé sur des plans "galère", mal payés, et j'avais choisi un agent débutant, qui n'a pas su faire fructifier mon maigre capital de scénariste. Mais j'ai tenu bon. Quand on me jetait par la porte, je fracassais la fenêtre ou je passais par la cheminée ! Et puis, comme souvent, il y a quelqu'un qui vous repêche du caniveau, croit en vous, et vous redonne votre chance. Dans mon cas, cet ange gardien s'appelle Marie Guilmineau. Nous avons travaillé ensemble sur un projet de série pour France 2. Elle ne s'est pas faite, mais Marie m'a jeté dans les bras de l'agent Lise Arif (que tout le monde connaît bien). Et depuis, je ne chôme pas !

Qu'en est-il aujourd'hui? Et comment voyez-vous l'avenir?
Les 5 dernières années étaient beaucoup plus stables qu'aujourd'hui. M'étant spécialisé dans le "polar", j'avais du travail à foison. J'écrivais "à la commande" sur des séries appréciés du grand public et j'étais assuré d'avoir mon "carnet" plein au moins sur une année voire deux. Sans parler de la culbute des droits d'auteur à la diffusion. Aujourd'hui, avec le changement de comportement du spectateur, suite à l'apparition de nouveaux réseaux télévisuels (TNT, Internet...), l'audience a baissé partout, y compris sur des chaînes leader comme TF1. Quant au service public, il subit actuellement une mutation majeure, liée à la suppression de la publicité. On ne peut pas dire de quoi demain sera fait. Et je pense ne pas être le seul à m'interroger sur l'avenir de mon métier. Mais je reste optimiste. La télévision aura toujours besoin de "conteurs".
Quelque soit le format, ou le genre...

Que pensez-vous du format 52' qui s'impose de plus en plus?
J'ai le sentiment qu'en matière de série, le 52', est le bon format. Le 90' marche bien pour les "unitaires", mais dans un polar, vous vous retrouvez avec une intrigue secondaire (familiale, le plus souvent) qui alourdit le rythme, et vous complique la vie quand il faut faire des modifications. Et ça arrive souvent. Si vous écrivez votre 52' en 4 ou 5 actes, votre vision du texte est plus claire. Je dis souvent que modifier un 90', c'est comme modifier la trajectoire du Titanic ! C'est plus compliqué... Est-ce à dire pour autant qu'il ne faut plus faire que du 52' ? Absolument pas. Tout dépend du projet. Force est de constater que ce format n'a pas été le sauveteur annoncé de l'audience en berne. Je crois davantage au sujet qu'à son format.

Comment réagissez-vous devant les critiques parfois violentes que la presse adresse aux séries françaises?
Il y a une certaine méfiance de la presse, et un à priori des téléspectateurs jeunes notamment, vis à vis des nouvelles fictions françaises. Nous l'avons constaté avec "Cellule Identité" (série pour M6, créée avec mon coauteur Simon Jablonka) en surfant sur les forums ou les blogs. "Encore une série au rabais..." "C'est français, je regarde pas..." Etc. De quoi vous flinguer le moral quand vous avez travaillé sur un projet pendant deux ans ! Les américains ont une telle avance sur nous, que la barre est très haute. Quand une série est estampillée "USA", les jeunes ont le sentiment qu'ils auront une narration vive, moderne, en phase avec eux. Et ils n'ont pas tort ! Par contre, quand ils font l'effort de venir voir les séries françaises, ils sont souvent agréablement surpris.

Quelles sont vos références en matière de séries TV?
Un peu celles de tout le monde : "Grey's..." "Desperate..." "Californication"... "Weeds"... "Sopranos..." "The office"... Mais aussi des séries françaises : les premières saisons de "Avocats & Associés", "Engrenages Saison 2"...

Merci!

12 commentaires:

L6K a dit…

Héhé! J'ai son bouquin à la maison...

sally a dit…

Encore merci, Nicolas, c'est toujours intéressant de voir l'envers du décor, bonne idée ces interview:)

frédérik a dit…

Merci beaucoup !

Un question pour vous maintenant monsieur VanPet : Comment avez-vous pu contacter Monsieur Rudnicki ??

Nicolas Van Peteghem a dit…

fred> 4 ans d'études pour en arriver là! (et 4 secondes dans google).

Aurélie a dit…

Frederik, tu discutes toute la journée sur les blogs avec des scénaristes tout aussi confirmés que JMR, planqués derrière leurs pseudos... ;)

Jc a dit…

Très intéressante interview encore... Merci à vous deux!

frédérik a dit…

Merci Aurélie

koko est en effet un pseudo trompeur ?

Aurélie a dit…

Frederik : Tous les pseudos (Koko, Swann, Mlle Plume...). Si tu savais qui se cache derrière !
Ceux qui donnent leurs vrais noms comme nous sont des scénaristes qui cherchent encore à se faire embaucher ! ;)

j_christ a dit…

C'est bien ça, les ITW de scénaristes. C'est le début d'une longue série ?

frédérik a dit…

J'ai déjà démasqué koko et swann, je ne sais toujours pas qui se cache derrière la plume...

Qui sait, peut-être qu'on aura une interview de JC et Cédric dans pas longtemps, mais pour plus de chance vaudrait mieux adopter des pseudos tout mignons aussi ;)

sally a dit…

Ben, moi je sais qui est Mlle Plume...;-)

Laure Doets a dit…

Bonne idée D'interview , j'aime encore bein Mr. Rudnicki ! J'en apprend de nouvelle chose gràce à toi !!

Enregistrer un commentaire